Du blabla et des dinosaures

Hey,

J’espère que tu vas bien.

J’ai passé une belle journée très productive et j’avais envie de partager ça ici avec toi, avec vous.

Ménage, rangement, tri efficace dans mes dernières affaires de créa.

Jardinage, nettoyage et taille d’herbes aromatiques, récolte et mise en séchage de mélisse citronelle et de menthe verte ainsi que de graines de basilic.

Énorme commande Amazon pour ma boutique solidaire dont une belle partie arrive vendredi.

J’ai hâte de m’y mettre même si j’ai déjà un peu commencé.

Terminé les croquis de mes 6 modèles de cartes de voeux, comptabilisé, trié et classé toutes mes feuilles de papier.

Je partais sur environ 150 feuilles, hinhin…

Ce soir avec toutes celles que j’ai faites aujourd’hui (50), je suis à 479 feuilles depuis début Août, et encore je ne compte pas toutes celles que j’ai dû enlever car trop fines ou avec des défauts!

Pour autant pas de gaspillage puisque j’ai déchiré les feuilles à défauts pour les réinjecter dans la prochaine tournée de papier.

Zéro gaspi’ 💚

Je me suis renseignée pour créer une boutique Etsy, ça ne se fera pas!

Beaucoup trop de taxes et de commissions dans tous les sens, étant donné que je veux créer une boutique solidaire jamais je ne m’en sortirai; alors je vais me débrouiller autrement car je crois en mon projet.

Je ne me décourage pas! Je vais peut-être participer à un marché de Noël avec ma maman mais c’est très incertain car rien que d’y penser j’ai déjà des sueurs froides! Trop de monde, trop d’interactions, trop d’exposition d’un coup pour moi.

Ceci dit je n’ai pas dit non, mon côté challengeuse me titille.

Affaire à suivre!

Aujourd’hui donc j’ai fait plus de 3 heures de confection de papier, du déchiquetage au trempage, du trempage au mixage et de la confection de feuilles +++

Évidemment mes gants sont sagement restés rangés dans le tiroir de la cuisine et j’ai les mains toutes fripées et abimées par l’eau froide. 😉

Je fais pareil pour le jardinage, j’aime être en contact avec la matière quoi que je fasse.

En faisant mon papier j’ai écouté de la musique que j’adore, notamment un album de Disturbed, un de mes groupes préférés (c’est du métal un peu bourrin si tu te demandes), ce qui a très souvent tendance à faire monter mon niveau d’adrénaline et à stimuler mon cerveau qui se met en mode « flashback, souvenirs et Cie ».

J’aime l’adrénaline, j’ai toujours aimé ça mais avec les années et la dépression je me suis refermée comme une huître et je me suis mise à avoir peur de tout, à avoir mal partout, à arrêter le sport alors que je suis une ancienne grande sportive.

Le sport c’était ma drogue, mon adrénaline, mon défouloir, mon exutoire.

Face au harcèlement scolaire, aux problèmes à la maison ou tout simplement pour défouler mon trop-plein d’énergie car je n’en ai peut-être pas l’air comme ça mais je suis une vraie pile électrique… sport sport sport.

Basket, VTT, course à pied, athlétisme, handball.

Du jour au lendemain j’ai dû tout arrêter pour un problème de genoux.

J’ai continué autant que j’ai pu, juste le basket, en serrant les dents puis j’ai commencé à me blesser de plus en plus fréquemment, en mode compote de chevilles et pétage de doigts et j’ai dû me résigner.

Perdre mon principal défouloir a été très dur et je me suis réfugiée dans la nourriture, même si de ce côté-là ce n’était déjà pas brillant.

7 ans déjà que ça partait en vrille, mais comme je faisais énormément de sport, plus de 15 heures par semaine, ça ne se voyait pas.

Et là ça a commencé à se voir et je suis tombée dans une spirale infernale de régimes draconiens et de crises de boulimie terribles.

Ça réveille ce genre de souvenirs quand j’écoute certaines musiques, et ce soir c’est ça qui est venu.

Tout ça pour dire qu’en ce moment avec tous les changements de ma vie je commence à réfléchir à changer radicalement certaines choses, et plus que tout j’aimerais pouvoir reprendre le sport pour pouvoir me défouler et exorciser mes démons, ne plus avoir envie de tuer mes proprio et faire sortir cette rage qui bouillonne en moi et qui est toujours prête à bondir.

Heureusement que je suis bien élevée et très introvertie sinon je rentrerai dans le lard du premier qui me gonflerait au quotidien, comme les ouvriers des travaux de ma rue, mes proprio (aaaaaaaah), je renverrais chier (y’a pas d’autre mot pardon) mes voisins, je voulais ajouter que je cramerais des voitures mais je suis trop écolo pour ça.

Mais l’envie est là.

Je songe à acheter un sac de frappe, achat encouragé par ma psy pour faire sortir toutes ces émotions envahissantes et polluantes de mon corps.

Cogner, frapper, hurler. Mordre.

J’ai cru pendant longtemps que mes nombreux kilos en trop étaient des kilos de tristesse, aujourd’hui je suis convaincue que ce sont des kilos de colère.

Des tonnes de colère accumulée depuis mon enfance.

Les humiliations, les agressions, les insultes, les menaces, les blessures en tout genre, le manque d’amour, l’abandon…

J’ai grandi avec le besoin viscéral de me sentir pure, propre, lisse, sans tâche, la petite fille mignonne, la première de la classe, toute sage toute choupi et très vite la vie m’a agressée avec une violence que je n’aurais jamais soupçonnée à l’époque.

La pureté s’en est allée, la souillure s’est installée et j’ai grandi dans l’ombre dévorante de la honte, comme si mes agresseurs au fil des années m’avaient marquée au fer rouge de partout.

Comme si un panneau clignotant barrait mon front, indiquant « Souillée, impure, cracra » au néon rouge vif.

Je parlais de ce besoin de me sentir propre, pure, lisse, sans vague intérieure à ma psy à la dernière séance, tout en lui précisant que plus j’éprouvais ce besoin et plus la Alice au fond de moi hurlait pour se manifester.

« Un être humain sans part d’ombre, sans tâche ça n’existe pas. Personne n’est pur, c’est notre nature humaine. »

C’est bête car je le savais déjà, mais j’avais besoin de l’entendre, de me le faire confirmer par quelqu’un, et ça m’a fait tellement de bien!

Quête stérile de la pureté, je ne suis pas pure.

Je ne suis même pas sûre de savoir ce que cela signifie vraiment, et au fond je m’en fiche.

Le droit de faire des vagues, de dire non, d’avoir un sale caractère si ça me chante, le droit de dire des gros mots même si je n’aime pas spécialement ça -mais il faut avouer que ça défoule!-, de m’habiller comme un mec ou super sexy si j’en ai envie, de m’habiller comme je veux tout court en fait, grosse ou pas…

Le droit d’avoir des désirs, des rêves, des fantasmes, le droit de ne pas être sage, le droit de me tromper mais aussi le droit de me réaliser, le droit de dire oui, le droit de dire zut ou merde, le droit de changer d’avis, de style, d’être moi-même avec toutes mes facettes, de me sentir différente, originale, exotique, particulière, spéciale…

J’ai été ma propre dictature, ma propre censure pendant des années, mais je ne veux plus de tout ça.

Finito.

Trop sage, trop discrète, trop repliée sur moi-même, trop mignonnette.

T’inquiète je ne vais pas me transformer en vieux dragon hargneux, je reste gentille 😉

Je ne veux pas te faire peur!

Je continue mon petit bonhomme de chemin en étant moins stricte envers moi-même, moins critique, moins tortionnaire, et je m’autorise plus de plaisir, plus de rêverie, plus de liberté, plus de sauvagerie aussi (roaaaar 🐯).

Depuis des années un projet me titille mais je le mettais de côté car je ne l’assumais pas, j’avais peur de que diraient les autres, de regretter et je trouvais que c’était impur, ça souille la peau… j’ai nommé les tatouages!

Depuis quelques jours où j’écoute ma sauvagerie intérieure (haha, j’aime bien l’image qui me vient à l’esprit), je recommence à penser à ce projet, parce que je trouve qu’aujourd’hui il trouve une totale cohérence avec mon chemin de vie.

Je parlais de la vie qui m’a marquée au fer rouge, et aujourd’hui j’ai envie de marquer ma peau de mon propre chef.

C’est moi qui choisis, c’est mon corps. Il est loin le temps où mon corps appartenait à de gros monstres dégueulasses.

En réponse à toutes ces agressions et pour honorer de véritables passions qui font partie de moi depuis des années, j’ai envie de me faire tatouer des dinosaures sur les cuisses.

Les cuisses complètes.

Des dinosaures un peu énervés tu vois.

Avec de bons chicots, prêts à mordre. Entourés de plantes luxuriantes, dont des plantes carnivores aux dents acérées et de belles plantes tropicales, Monsteras et Philodendrons oblige…

Un dilophosaure, bien fourbe, tout mimi qui gazouille puis qui balance de l’acide sur sa proie avant de la dévorer vivante. Charmant. 😇

Oh le mignon!

Un ptérodactyle, terreur du ciel. Un grand piaf avec un regard mauvais et le bec plein de dents pointues qui transperce et déchire ses proies.

Coucou!

Je ne sais pas lequel est le plus charmant des deux!

Le problème c’est que mon dino préféré c’est le tritri’ (le Tricératops) et lui il est super gentil alors ça ne colle pas avec mon projet de dino super méchants et sadiques.

Source de l’image

Mais je me disais que je le rajouterais bien ailleurs, une maman avec son bébé, en hommage à mes deux figurines que j’adore et qui se trouvent près de moi sur mon bureau.

Sur mes cicatrices du bras gauche, pour les cacher. Côté coeur.

On ne sépare pas une maman de son bébé, sinon on lui arrache le coeur.

Ça aussi c’est un message qui me parle. Ceux qui savent comprendront.

Il est 19h20, c’est l’heure du plateau-télé « croque-monsieur et super série Star wars sur Disney + » du mercredi soir, je suis fan de la combinaison de ces deux éléments.

J’ai faim.

Et les croques-monsieur du chéri ils sont trop bons…

Je pourrais continuer longtemps sur ma lancée mais je crois que j’en ai assez dit pour aujourd’hui.

Demain je retourne me balader avec ma maman dans la forêt et faire quelques emplettes, notamment des rangements pour organiser cette pièce en bas sans dessus-dessous -même si y’a du mieux depuis hier!- et un tout petit tour extrêmement innocent à Jardiland.

J’ai un chèque cadeau de 5€ encore c’est pas ma faute! 😇

À très vite mes petits moustiques. Bzzz

Coeur sur toi 💛

Image par Sebastian Ganso de Pixabay

8 commentaires sur « Du blabla et des dinosaures »

  1. Bonjour Lily,
    Les humiliations, vexations, moqueries et le rejet et l’isolement qui en découlent .. autant de sentiments qui seront, à vie, imprimés dans la chair.
    Ton analyse sur les kilos de colère est très juste et très pertinente.
    Mon passé est comme un boulet que je traîne, parfois plus léger, d’autres fois terriblement lourd. Il m’a déconnecté d’une certaine vie sociale, et, pendant longtemps, j’ai subi ma solitude et mon incapacité à entrer en communication avec les autres.
    Aujourd’hui, j’ai appris à vivre avec.
    Je n’ai pas eu, comme toi, une terrible colère. Plutôt un sentiment d’incompréhension et d’injustice.
    Je ne porte pas de tatouage, car, je crois ne pas être suffisamment affirmée et sûre de moi pour franchir le pas. Et, j’ai aussi un peu peur de le regretter…
    Pourtant, c’est une belle façon d’écrire sur sa peau ses sentiments les plus profonds.
    A bientôt Lily, et merci pour ces belles lectures 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Coucou Véronique,
      J’ai l’impression que nous avons beaucoup de points communs, jusque dans notre souffrance! Je connais la sensation d’incompréhension et d’injustice, mais elles sont moins « sensibles » chez moi que la colère.
      D’un autre côté la colère ne se déclenche jamais toute seule c’est vrai…
      Je suis heureuse d’échanger avec toi, et j’espère que ton quotidien t’apporte de la joie et du bonheur, même si la vie n’est pas toujours facile.
      Avec plaisir pour la lecture Véronique, à bientôt et bon week-end 💛

      J’aime

  2. Ahah le passage innocent à Jardiland, on y croit tous 😉
    Je sais plus si je t’ai dit, on s’est fait tatouer nos alliances avec mon chéri. Je croyais que « je n’étais pas le genre à avoir un tatouage, et encore moins un à un endroit visible » et en fait je suis vraiment super heureuse de ce choix! C’est un vrai pied de nez á mes croyances sur moi qui est très libérateur.
    Moi le mercredi c’est cinéma avec popcorn, j’adore ces petits rituels!

    Aimé par 1 personne

    1. Il a été plutôt innocent pour le coup, mais juste parce que je ne me sentais pas bien 😉
      Oh non tu ne m’avais pas dit pour vos tatouages, le geste est très mignon je trouve.
      Vous l’avez fait faire où? Au même endroit? Niveau douleur c’était comment?
      Sympa le ciné-popcorn, comme le cinéma me manque! Ma dernière sortie c’était en 2020… snif!

      J’aime

      1. Oh, j’espère que ce n’est rien de grave.
        On les a fait faire ensemble, c’était une belle sortie en amoureux, On a choisi un tatoueur prés de chez nous, je l’ai trouvé sur Facebook et il faisait bein le genre de chose qu’on voulait. J’ai été très étonnée de ne pas avoir très mal, moi qui suis une grosse douillette. Un peu à l’intérieur du doigt, mais généralement très suportable.
        Ca me manquait énormément le cinéma, et c’est une des raisons qui a motivé notre déménagement. Quand on s’est rencontré avec mon chéri on avait une carte de cinéma illimitée et étant étudiants à Paris… on y allait au moins 4 fois par semaine! Puis pendant des années en campagne allemande on a complètement arrété, parce que les films doublés en allemand, non merci! On a du aller 4 fois au ciné sur les 10 dernières années.
        Alors habiter à coté d’un petit cinéma qui propose le mercredi soir un film en anglais surprise avec un verre de mousseux (ou de jus d’orange) et un paquet de pop-corn pour 6 euros… c’est mieux que tout ce que j’aurais pu rever! Les premières fois on s’extasiait sur tout avec mon chéri, tellement ca faisait longtemps qu’on n’était pas rentrer dans une salle de cinéma!

        Aimé par 1 personne

        1. Non j’ai eu un petit coup de mou, j’avais vu ma psy le matin même et ça brassait un peu fort dans ma caboche 😉
          Ça va mieux depuis.
          Super sympa et romantique ce tatouage de couple, je suis fan, ça me donne même des idées!
          C’est carrément royal tout ça pour 6€, je comprends que vous en profitiez, je suis super contente pour vous que vous ayez pu renouer avec le cinéma!
          C’est vrai que le sous-titrage en allemand ça ne vend pas du rêve ^^
          Je suis sûre que je serais pareille en retournant au cinéma!
          Ouah les salles, les fauteuils, les écrans, les grandes affiches, ouah 🤩😅
          En tout cas je vous souhaite de bons films au popcorn à tous les deux.
          Très gros bisous 💜

          Aimé par 1 personne

Prends la plume

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.